• I d'a qui...

    Air : La langue de chez nous (Y. Duteil)

     

    1.  I d’a qui n’pins’tent fauque à d’aller dins les îles

         Dù ç’qu’i n’fait jamais gris, que l’ciel i-est toudis bleu,

         Qu’on peut treondler tout nu ou quasi, in famille

         Et s’cauffer au solel oussi lommint qu’on veut…

     

         Et si t’sareos, l’infant, ç’qu’on est bin dins no ville

         À l’eompe d’Noter-Dame, au pied d’no fier bieffreo

         À pouvoir lusoter à s’n’aiss’, d’ein pas tranquille

         Dins l’fraîcheur des p’tit’s rues ou su les quais d’l’Esquéaut !

     

    2.  I d’a qui prétindreont qu’i n’a d’pus bieau pestaque

         Qu’à Rio d’Janeiro les jours de carnevals

         Quand s’mett’nt à parader –paraît qu’ch’est pos des craques–

         Mille écol’s de samba in habits d’festival…

     

         Et si t’sareos, l’infant, l’fièf’ de l’Nuit des Intriques

         Quand no Tournai s’imbrass’ de feux d’tous les couleurs,

         Que l’folie ell’ s’impar’ de l’chité historique

         Livrée aux Confréries, au rêfe et aux jeongleurs !

     

    3.  I d’a qui n’jur’tent fauqu’ pa l’musiqu’ qu’on dit grante,

         Ceull’ qui deot s’acouter presque religieus’mint ;

         Ou ç’qu’on intind asteur, techno tonitruante

         Que si t’n’es pos d’jà sourd, i-a d’quoi l’dev’nir vraimint…

     

         Et si t’sareos, l’infant, comme à m’vieux cœur est douche

         L’orfrain usé qu’on r’prind avé l’accordéyeon :

         Hirandell’ du faubourg, Zaza ou Chiffon rouche

         D’zous les déogts d’no Linda ou de l’binte à Léon !

     

         Et d’z’éaut’s qui vienn’tent là, piano in bandoulière,

         Pasque ch’est leu beonheur, jeuer pou trois feos rien

         De l’ru’ du Peot d’Étain jusqu’à l’ruell’ d’Enn’tières

         Des airs à fair’ canter les cœurs des Tournaisiens !

     

    4.  I d’a qui n’rêf’tent fauqu’ d’amasser ein’ fortune

         À l’lott’rie, au poker, et p’têt’ même au bouleot

         Pasqu’on sait bin tertous que quand ç’qu’on a de l’thune

         Ch’est facil’ de s’offèr’ ç’qu’i-a d’pus tcher et d’pus bieau…

     

         Et si t’sareos, l’infant, cobin l’beonheur su tierre

         Ch’n’est pos affair’ de liards, j’te l’répét’rai acor :

         Avec ein’ mass’ d’amour, ein cœur et ein’ chaumière

         T’s’ras pus hureux qu’ein roi au mitan d’ses trésors !

     

         Et si t’sareos, l’infant, cobin l’beonheur su tierre

         Ch’n’est pos affair’ de liards, et j’te l’répète acor :

         Avec ein’ mass’ d’amour, ein cœur et ein’ chaumière

         T’s’ras pus hureux qu’ein roi au mitan d’ses trésors !

     

                                                                 Juillet 2008
                                                          1er prix Prayez 2008